Epub Imprimer
Vote Clos
Borlnov

Invité à comparaître

24 décembre 16h47

Je suis coincé à la caisse d’un supermarché, devant moi une petite vieille pose, et ce très lentement, des cubis de vins blancs sur le tapis roulant. Elle a le teint rouge et des crevasses aux joues. L’homme à la caisse regarde avec impatience tous ses mouvements. Au dixième bag-in-box, il ne peut s’empêcher d’émettre une remarque :
« – Est-ce que c’est la même marque, madame ? Si c’est la même marque, ce qu’il me semble vu d’ici, je ne passe qu’un carton et le multiplie… »
Elle se redresse, l’œil pétillant. La multiplication des cubis a dû en faire rêver plus d’un avant elle.

Même si cette situation m’amuse, je profite de l’ouverture d’une nouvelle caisse pour enfin acheter mon dernier cadeau de Noël : un beurrier communicant ; il permet, depuis son téléphone, de connaître le poids et le pourcentage de sel de toute matière grasse qu’il contient. Le cadeau rêvé pour ma demi-sœur, du moins c’est un rêve que j’ai fait pour elle.

25 décembre 12h36

Notre réveillon avait été copieux. Ma femme, et moi-même, l’avons passé dans sa famille à elle. Des gens gentils et courtois avec qui, il est toujours agréable de discuter politique et immigration étrangère. Un poids me reste tout de même sur le ventre sans que je ne puisse déterminer son origine : est-ce le saumon de l’année dernière, « oublié » dans le congélateur, mais qu’il ne faut pas « laisser perdre », ou les huîtres, « qui ont un petit fumet mais qui sont très bonnes » qui m’ont laissé ce goût de vase dans la bouche ?

De nouveau attablé, mais cette fois dans ma famille, mon père nous remercie à tous d’être venu. Il rappelle les avantages qu’il y a, à posséder une famille unie et aimante. Dommage que ce ne soit pas le cas pour la nôtre, le principe semble toutefois intéressant.
Nous mangeons et buvons. J’essaie de garder continuellement la bouche pleine pour ne pas avoir à communiquer. Ma belle-mère, l’usurpatrice, me jette des regards non feints de désapprobation. Apparemment, malgré le fait qu’un régiment supplémentaire aurait pu venir déjeuner sans que quoi que ce soit ne vienne à manquer, elle me fait savoir que je dois me rationner. Bien sûr, ce régime spécial ne s’applique pas à Constance, ma demi-sœur, dont le poids avoisine désormais le quintal.
Arrivés aux desserts, mon père se lève et nous invite à distribuer nos cadeaux. Comme l’an passé, je reçois une boite de quizz, cette fois sur les perruches du Pérou, une paire de chaussettes tricotées par des enfants pauvres du Bangladesh : « Cette année, je n’ai pas eu le temps de les faire moi-même. » et un kit d’épilation, par Constance : « J’ai remarqué que tu commençais à avoir des poils dans les oreilles. ». Mon beurrier semble lui plaire, puisqu’elle ne peut s’empêcher de manger une tartine sous le coup de l’émotion.
Après ce repas tout à fait convivial, nous nous éclipsons avec ma femme, un grand sourire aux lèvres. Joie et bonheur en famille, là se trouve la vraie magie de Noël.

Les ateliers JDE,
c’est quoi ?

Le seul moyen de progresser, c'est de s'entraîner ! Retrouvez tous les mois un nouvel atelier thématique. Allez, venez ! (En plus, c'est gratuit)

1. Révélation du thème
2. Envoyez votre texte qui sera soumis à la communauté
3. Likez et commentez vos textes préférés
Bonus Un ou plusieurs textes tirés au hasard feront l’objet d’une note de lecture personnalisée.

Nos ateliers :

Voir plus