Epub Imprimer
Vous devez vous connecter pour voter
Shan In XYZ

L’épouvantail

Quand on m’avait appelé, j’avais de suite pensé à une blague des gamins du coin. Ils n’en rataient pas une. Quinze jours auparavant, deux petits crétins avaient accroché un épouvantail, portant de vieux vêtements de leur grand-père, en haut de la grange, et le village avait cru qu’il s’était pendu. Le papy furax s’était chargé de les corriger.
Là c’était différent, il y avait effectivement un pendu dans ce hangar, mais il était fait de chair et non de paille.
C’était un homme et à priori, je ne le connaissais pas. Pendu par une corde, on lui avait aussi attaché les bras aux poutres de la charpente, comme écartelé. La mise en scène était sordide et se voyait de loin.
Difficile de la louper, le bâtiment n’avait pas de murs et se trouvait le long de la nationale. Heureusement, la plupart des automobilistes n’avait pas fait attention.
En regardant de plus près, je m’aperçus de suite, qu’on ne s’était pas contenté de le pendre de façon théâtrale. Il avait de nombreuses plaies. Deux trous béants à la place des yeux. Le nez n’en était plus un. La bouche figée dans un étrange rictus avec la langue qui pendait étrangement, ce qui achevait le portrait macabre.
Pour le corps, il portait un jean et une chemise qui lui collaient à la peau, sans doute à cause du sang qui avait coulé. On voyait des trous, peut-être ceux d’une fourche, ils ressortaient mieux sur la couleur claire du pantalon. Les pieds, il n’en avait plus, juste des moignons et des bottes disposées juste en dessous du cadavre.
Je ne savais pas qui était ce pauvre gars, il avait peut-être énervé la mauvaise personne et ça s’était mal terminé, mais mon instinct me disait que ce n’était pas aussi simple. La personne capable de faire un truc pareil était bien loin des accros de la bibine que je mettais habituellement en cellule de dégrisement.
Là on jouait pas du tout la même catégorie, j’avais un taré sur les bras, maintenant restait à savoir, si c’était quelqu’un que je connaissais ou un inconnu de passage.

“Les petits plaisirs qui font les grands bonheurs !”

Le meilleur moyen d'apprendre à écrire, c'est encore de s'y mettre !

Participer à l'atelier*
*Du 06/12 au 22/12/17

Les ateliers JDE,
c’est quoi ?

Le seul moyen de progresser, c'est de s'entraîner ! Retrouvez tous les mois un nouvel atelier thématique. Allez, venez ! (En plus, c'est gratuit)

1. Révélation du thème
2. Envoyez votre texte qui sera soumis à la communauté
3. Likez et commentez vos textes préférés
Bonus Un ou plusieurs textes tirés au hasard feront l’objet d’une note de lecture personnalisée.

Nos ateliers :

Voir plus