Une chanson pour un Goncourt

Tous réunis au premier étage du restaurant Drouant, à Paris, les jurés du Goncourt se seront donc laissés charmer par la Chanson douce (Gallimard) de Leïla Slimani, désigné « vainqueur » dès le premier tour avec six voix sur dix. Un roman tragique et puissant qui n’a de doux que le titre. Sorte de chronique de la folie ordinaire. Donnée favorite, l’auteure franco-marocaine remporte le graal de l’édition française face à de méritants prétendants tels que L’Autre qu’on adorait de Catherine Cusset, Petit Pays de Gaël Faye et Cannibales de Régis Jauffret.

Par Mathieu Menossi

les trucs d'auteurs
13/05/16


Découvrez les trucs d’auteurs !

Dès que possible, JDE part à la rencontre des écrivains qui trustent les librairies pour comprendre comment ils travaillent. Quelles sont leurs méthodes d’écriture ? Comment parviennent-ils à venir à bout […]

Voir les trucs d'auteurs