04/11/16

Plan ou pas plan ? Comment structurer son intrigue…

Se lancer directement sur le papier ou prendre le maximum de notes au préalable avant d’écrire la première ligne ? Fonctionner à l’instinct ou triturer son intellect dans tous les sens ? Écrire, c’est aussi une question de stratégie.

Par Mélanie Carpentier

À la Zola. Si votre intrigue reflète son époque, rien de tel que de faire, comme Emile Zola en son temps pour ses Rougon-Macquart, un travail de journaliste/documentaliste. Observer sur place les lieux de votre livre, les décrire le plus précisément possible, interviewer des personnes qui font le même métier que vos héros. Le tout, consigné dans un cahier qui vous servira de socle pour rendre votre histoire le plus crédible possible.

 

À la Kerouac. À l’inverse, vous pouvez tout consigner dans votre tête et foncer sur votre clavier, écrire sans discontinuer tout ce qui traverse votre esprit. Comme l’a fait avec succès Jack Kerouac en son temps pour rédiger Sur la route, écrit en un seul jet pendant trois semaines et nécessitant 36 mètres de rouleau de papier…

 

À la Tolkien ou Rowling. Votre univers est totalement imaginaire ? Rien ne vous empêche de faire le même travail que Zola, mais adapté à votre projet. Car tout est possible : vous pouvez, comme Tolkien, inventer de nouvelles langues et écritures, dessiner des cartes topographiques des lieux importants de votre histoire, répertorier des créatures en les décrivant comme le ferait un anthropologue… Ou comme JK Rowling, si vous prévoyez que votre récit va s’étaler sur plusieurs tomes, vous pouvez déjà décrire livre par livre, l’évolution de vos personnages. La créatrice de Harry Potter avait ainsi déterminé dès le début qu’il lui faudrait sept tomes pour tout raconter et a déroulé son histoire entièrement, avant de se lancer dans la rédaction proprement dite.

 

Façon bristol & post-it. Ne cherchez pas, il ne s’agit pas d’un écrivain, mais d’une méthodologie. Une fiche par personnage sur laquelle vous le décrivez physiquement, psychologiquement. Vous pouvez même y noter ce qu’a été son passé même si ce ne sont pas des informations que vous évoquerez dans le récit. Une fiche qui notifie les relations entre les personnages. Une fiche par lieu. Le tout collé sur le mur qui vous fait face. Ajoutez à cela un post-it par scène/action. Pourquoi des post-it ? Pour pouvoir les coller et recoller, déplacer des scènes et faire évoluer l’intrigue selon vos envies. Testé et approuvé !

 

Avant de vous lancer. Que vous décidiez ou non d’établir un plan très précis, un fil conducteur n’est jamais de trop. Pensez à ces quelques éléments importants qui fonctionnent avec tout type d’histoire : on l’introduit toujours par le monde familier dans lequel évolue le héros. Jusqu’au point de rupture où il est conduit à accepter l’aventure qui l’attend. C’est là qu’il rencontre en général son mentor, celui ou celle qui va l’accompagner, le guider, changer sa destinée. Et là également que l’on en sait davantage sur l’ennemi à affronter (qui peut être une face cachée du héros lui-même comme dans American Psycho). L’histoire se termine d’ailleurs par un affrontement et une résolution, bonne ou mauvaise pour le protagoniste (et qui peut parfois conduire à une suite). À vous de jouer !

les trucs d'auteurs
13/05/16


Découvrez les trucs d’auteurs !

Dès que possible, JDE part à la rencontre des écrivains qui trustent les librairies pour comprendre comment ils travaillent. Quelles sont leurs méthodes d’écriture ? Comment parviennent-ils à venir à bout […]

Voir les trucs d'auteurs